Préliminaire

Titre

La Force de choisir

Récit

Philosophique

Edité par:

Éditions DIASPORAS NOIRES

www.diasporas-noires.com

image001

© Gaynde 2017

ISBN version numérique : 9791091999779

ISBN version imprimée : 9791091999786

Date de publication numérique : 18 février 2017

Cette version numérique n’est pas autorisée pour l’impression

Mentions légales

Le Code de la propriété intellectuelle interdit les copies ou reproductions destinées à une utilisation collective. Toute représentation ou reproduction intégrale ou partielle faite par quelque procédé que ce soit, sans le consentement de l'Auteur ou de ses ayants droit ou ayants cause est illicite et constitue une contrefaçon sanctionnée par le Code de la propriété intellectuelle.

L'éditeur accorde à l'acquéreur de ce livre numérique une licence d'utilisation sur ses propres ordinateurs et équipements mobiles jusqu’à un maximum de trois (3) appareils.

Toute cession à un tiers d'une copie de ce fichier, à titre onéreux ou gratuit, toute reproduction intégrale de ce texte, ou toute copie partielle sauf pour usage personnel, par quelque procédé que ce soit, sont interdites, et constituent une contrefaçon, passible des sanctions prévues par les lois de la propriété intellectuelle. L’utilisation d’une copie non autorisée altère la qualité de lecture de l’œuvre.

Préface

La force de choisir, Gaynde.

La littérature possède une force particulière qui est celle de l’altérité et de l’imaginaire pluriel. Ces qualités culturelles de créativité ont servi à raconter l’histoire des hommes à travers les civilisations.

La force de choisir de Gaynde est un récit aux multiples couleurs qui œuvre pour déplier le temps. Ce récit polymorphe et inventif s’inscrit dans la démarche de revisiter les genres littéraires pour bâtir une nouvelle vision des cultures. Car celles-ci sont multiples et proposent un regard toujours nouveau à travers le temps. En effet, les frontières littéraires n’existent pas et la liberté de ton semble habiter l’écriture de Gaynde.

Récit picaresque, initiatique, métaphorique, La force de choisir nous invite à réfléchir à certaines données philosophiques telles que l’amour, le partage, le choix, la liberté, à travers la quête humaine, celle qui anime tous les êtres depuis la nuit des temps.

Adam, un jeune bûcheron boiteux, est amoureux de Sophia qui appartient, elle, à la sphère dominante de la cité Archepolis. Pour la retrouver et la conquérir, il doit faire preuve de courage, d’intelligence, de sincérité et de valeurs morales. Le chemin qu’il entreprend pour atteindre le haut-quartier est semé d’embuches et il se transforme en une traversée initiatique qui le confronte à différentes épreuves.

Ainsi tels les héros des contes et des légendes, Adam doit choisir, « à la croisée des chemins », la bonne route pour parvenir à la résolution, à « l’acmé » qui le conduira sur la voie de la sagesse.

L’intrigue se construit au fur et à mesure des aventures d’Adam qui trace une destinée chargée de valeurs morales, symboliques et humaines.

Ainsi l’auteur nous dit que tout est choix, tout est acte, tout est sens pour celui qui existe. La force existentialiste doit conduire chaque être pour l’évolution de l’humanité.

Gaynde nous dit aussi que le genre humain partage les mêmes valeurs altruistes à travers ses récits culturels, si pluriels soient-ils. Ce récit est le palimpseste des récits qui jalonnent l’histoire littéraire.

Ainsi cette capacité à bâtir l’essence culturelle au moyen de la littérature contribue au dessin de la créativité africaine.

La voix de Gaynde s’impose tel un horizon perlé d’espérance sur les traces de notre patrimoine culturel, celui du récit, du conte africain, de l’épopée, de l’allégorie poétique, de la cosmogonie philosophique qui nous habite.

Comme un jeune fruit léger, coloré et charnu, La force de choisir rejoint la ronde arc-en-ciel de notre héritage littéraire dont les traces sont profondément ancrées dans l’univers négro-africain. Cette publication contribue pleinement et amplement à l’émergence culturelle de notre patrimoine fondateur et à la renaissance africaine.

Amadou Elimane Kane

Poète écrivain, enseignant-chercheur en sciences cognitives et fondateur de l’Institut Culturel Panafricain et de Recherche de Yene

Résumé

La force de choisir

Récit philosophique

Il y a des seuils qui, une fois traversés; ne permettent plus de retour. Gravir une montagne maudite à la recherche de l’objet le plus précieux au monde est-il une preuve d’amour suffisante ? Oser l’impensable pour découvrir ce que l’on cache au plus profond de soi vaut-il la peine d’essayer ? Cheminer vers l’inconnu, armé de l’intime conviction que l’âme soeur le mérite, voila qui donne un sens à la vie d’Adam. L’histoire se raconte, les épreuves se vivent. Que diriez-vous d’une randonnée philosophique jusqu’au fond de vous-mêmes ? Derrière les masques du quotidien, enseveli sous le mystérieux voile de nos multiples personnalités se cache un précieux trésor . Adam choisit de partir à sa recherche. Et vous ? Et toi ?

Auteur

Gayndé

Né à Dakar en 1983, Gayndé a grandi en Cote d’Ivoire puis au Canada. Ses voyages d’exploration le conduiront dans plusieurs pays du monde, notamment le Bangladesh, le Venezuela, la Jamaïque, ou encore le Mexique; en plus des pays africains si essentiels à sa démarche d’activiste panafricain. Diplômé en sciences politiques, en diplomatie, en journalisme et en cinéma; son intérêt pour la philosophie va caractériser ses interrogations tant professionnelles que personnelles. Rentré au Sénégal depuis 2012, il enseigne la théorie politique ainsi que la géopolitique dans un établissement supérieur privé. Par ailleurs, il intervient comme conférencier sur les questions de développement personnel et renforcement de capacités.


Épigraphe

Ceux qui connaissent, reconnaissent…

Du même auteur

Kali Yuga ou les fantaisies humaines

Ed. Persée (2012)

Chapitre I

L’Être Humain : un paradoxe qui s’exerça pendant des millions d’années à se dresser sur ses deux pattes ! Son aventure n’eut jamais vraiment de point de départ, ni sa conscience d’ailleurs. Pour dire vrai, c’est un mystère véritable relevant de dimensions beaucoup trop subtiles pour la candeur de nos intuitions atrophiées. Être Humain : une grande idée devenue chair, un état, un concours (de circonstances), une définition incomplète à l’infini. La longueur de ses membres, la variété de ses traits, sa vigoureuse musculature, son néocortex cérébral ultrasophistiqué ; l’avaient endetté au prix de nombreuses gageures, à la façon d’une tragédie perpétuelle, sous les apparences d’une espèce en voie « d’évolution ». La nature avait mis au monde un ingrat. L’Élu devait vivre en harmonie avec la Terre : tous les êtres de la planète avaient participé à la réalisation de ce chef d’œuvre à cinq sens, muni d’un instinct aussi affiné que son souverain libre arbitre. Mais malgré tout ; il avait failli à la mission pour laquelle il avait été préparé pendant des centaines de centaines de siècles : préserver le monde en parfait équilibre.

Alors le constat fut sévère, la justice avait tranché : le prince universel devait périr !

Vers la fin de l’âge de la Grande Ignorance ; rien, ni personne ne semblait prévoir l’anéantissement des Êtres Humains, habitants de la planète bleue. Même si des signes avant-coureurs se firent sentir avec insistance, les plus puissants d’entre eux étaient trop occupés à pérorer sur leurs futiles raisons de vivre, à rembourrer l’étroitesse de leurs individualités ; poursuivant cyniquement leurs intérêts égocentrés jusqu’à creuser des trous dans la couche d’ozone ! Lorsque des milliards de bipèdes intelligents vivaient encore sur la surface de la planète, se nourrissant d’aliments génétiquement modifiés, feignant d’ignorer la stérilisation des sols, l’épuisement sans aucune commune mesure des ressources des sous-sols, faisant la guerre au nom de la paix, étouffant leur étincelle spirituelle sous des tromperies rétrogrades ; les dieux régnant sur les éléments de la Nature : la terre, l’eau, l’air et le feu déchainèrent leur courroux. Il fallait rétablir l’ordre des choses, la planète devait se régénérer. L’infâme fils unique devait être sacrifié sur l’autel de son propre choix. Dans un déferlement assourdissant, des vagues géantes et impitoyables se précipitèrent depuis les hautes mers pour venir s’abattre sur les territoires civilisés. Des coulées torrentielles de lave dévalèrent en furie les pentes des volcans jusqu’alors endormis, réduisant en cendres les frêles constructions et les insignifiantes silhouettes qu’elles croisaient le long de leurs cortèges. En quelques minutes à peine, les traitres vents chargés de poisons poussiéreux balayaient des masses entières de population. Puis la terre se mit à gronder, comme si un monstre gémissait depuis ses entrailles. Ses tremblements détruisaient sans distinction tout ce qui se trouvait sur son écorce. Depuis les temps immémoriaux, nombre de désastres avaient affligé les Terriens ; mais un tel acharnement des potentats de la Nature était complètement inouï. La fin de l’ère de la Grande Ignorance avait commencé.

Soudain, le pire se produisit. Les convulsions telluriques, l’intense agitation des écosystèmes, les éruptions sous-marines avaient provoqué des ondes de choc qui percutèrent les centrales nucléaires et les dépôts d’armes répartis sur la surface du globe. La violence des impacts entraina leurs explosions quasi simultanées. Absolument rien n’avait été épargné par les souffles destructeurs. Les énormes champignons atomiques qui surgissaient du sol avaient été impitoyables. L’épaisseur entière de l’atmosphère terrestre fut contaminée en quelques minutes à peine par les nuages radioactifs émanant des grandes bouches industrielles béantes à l’haleine meurtrière.

Tout était désespérément fini !

Ceci étant, peu de temps avant le cataclysme, des âmes spirituellement éveillées s’étaient volontairement désincarnées afin de se rendre au palais de la Mère-Terre. Parties dans un ultime pèlerinage au centre de la Terre, elles s’en allèrent implorer sa clémence à l’égard des peuples minéraux, végétaux, animaux et humains. Presque personne ne connaissait la voie menant à ce mythique royaume. Elle n’était dévoilée qu’à celles et ceux qui cherchaient à s’éveiller à leur réalité intérieure. Lorsqu’elles habitaient encore leurs enveloppes corporelles, ces âmes humaines étaient noyées comme tout le monde dans l’étendue de l’insouciance collective. Mais un beau jour, elles avaient décidé de partir à la recherche du sens réel de leur existence. Chemin faisant, elles ne ménageaient aucun répit dans l’étude de leur nature profonde. C’est ainsi que la fameuse voie secrète leur fut révélée. Des personnes simples, des gens discrets et sans façon, certains venant de loin, d’autres des alentours, certains d’en haut, d’autres d’en bas, certains d’ici, d’autres de là… Rien ne pouvait les distinguer extérieurement. Cela dit, elles abritaient chacune une lumière si intense, qu’elle pouvait à elle seule illuminer le globe entier jusque dans ses moindres petits recoins. Ces âmes diaphanes espéraient élever le niveau de conscience du commun des mortels, l’extraire de la trivialité illusoire, des mœurs quotidiennes, par leurs vertus, par leur exemple. Ce sont les éclats d’éveil qu’elles inspiraient qui avaient fait d’elles des luminaires éclairant le reste de l’Humanité…