Phénoménologie (les Grands Articles d'Universalis)

 

Universalis, une gamme complète de resssources numériques pour la recherche documentaire et l’enseignement.

ISBN : 9782341007399

© Encyclopædia Universalis France, 2017. Tous droits réservés.

Photo de couverture : © Dirk Ercken/Shutterstock

Retrouvez notre catalogue sur www.boutique.universalis.fr

Pour tout problème relatif aux ebooks Universalis,
merci de nous contacter directement sur notre site internet :
http://www.universalis.fr/assistance/espace-contact/contact

 

Bienvenue dans ce Grand Article publié par Encyclopædia Universalis.

La collection des Grands Articles rassemble, dans tous les domaines du savoir, des articles :
   ·  écrits par des spécialistes reconnus ;
   ·  édités selon les critères professionnels les plus exigeants.

Afin de consulter dans les meilleures conditions cet ouvrage, nous vous conseillons d'utiliser, parmi les polices de caractères que propose votre tablette ou votre liseuse, une fonte adaptée aux ouvrages de référence. À défaut, vous risquez de voir certains caractères spéciaux remplacés par des carrés vides (□).

Phénoménologie (les Grands Articles d’Universalis)


Introduction

« Pour une part essentielle, la phénoménologie assume, en notre siècle, le rôle même de la philosophie » (Jean-Luc Marion). Si elle a pu assumer ce rôle, c’est grâce à l’œuvre de Husserl. L’expression elle-même fut forgée par Johann Heinrich Lambert (1728-1777) pour désigner la doctrine de l’apparaître, pour autant qu’elle se distingue de l’être même. En s’adossant au travail de Kant, Hegel fut le premier philosophe à envisager la possibilité d’une phénoménologie qui aurait pour tâche d’étudier systématiquement les figures phénoménales de la conscience que l’esprit doit parcourir pour s’élever au savoir absolu. Sa Phénoménologie de l’esprit (1807) se présente comme « science de l’expérience de la conscience », dans laquelle chaque figure, par le fait de parvenir à la pleine compréhension de soi, se dépasse dans la figure suivante.

C’est en un tout autre sens que la phénoménologie husserlienne peut être dite « science de l’expérience de la conscience ». L’expérience est ici celle de la conscience intentionnelle considérée sous ses multiples formes. De cette expérience subjective peut-il y avoir science, et science rigoureuse ? L’idée husserlienne de la phénoménologie a trouvé sa première expression canonique dans les Recherches logiques, dont la première édition a paru en 1900-1901. Un simple regard sur le paysage intellectuel du XXe siècle confirme que Husserl n’avait pas tort de les présenter, dans un projet de préface rédigé en 1913, comme un « ouvrage de percée » qui marque moins une fin qu’un commencement.

De la première génération des disciples de Husserl jusqu’à aujourd’hui, les penseurs qui se réclament du geste fondateur husserlien, n’ont cessé de s’interroger sur la nature exacte de cette percée, et de tenter de dire en quoi ce commencement consiste. Dès 1925, Heidegger ramène cette percée à trois découvertes fondatrices : l’intentionnalité (thème remis en valeur dès 1874 par la Psychologie d’un point de vue empirique de Franz Brentano, en qui Husserl reconnaît un précurseur), l’intuition catégoriale, qui exige d’élargir le domaine de l’intuition au-delà de la sphère de l’expérience sensible, et qui conduit au « principe des principes » de la phénoménologie : l’intuition donatrice originaire comme source ultime de toute connaissance ; enfin l’a priori, interprété dans un sens proche et distinct de Kant.

Malgré l’influence considérable exercée par Husserl, le courant de pensée qui se réclame de lui ne constitue pas une « école » au sens strict. Son originalité tient au fait que la phénoménologie propose « moins une doctrine qu’une méthode capable d’incarnations multiples et dont Husserl n’a exploité qu’un petit nombre de possibilités » (Paul Ricœur, À l’école de la phénoménologie, 1987). La réinvention permanente des fondements est l’expression d’une fidélité créatrice à la pensée de Husserl, qui « a abandonné en cours de route autant de voies qu’il en a frayées. Si bien que la phénoménologie au sens large est la somme de l’œuvre husserlienne et des hérésies issues de Husserl » (ibid.).

Jean GREISCH

1. Husserl

• Les « Recherches logiques »

C’est dans les Recherches logiques sensidéalematter of facts