Guerre (Les Grands Articles d'Universalis)

 

Universalis, une gamme complète de resssources numériques pour la recherche documentaire et l’enseignement.

ISBN : 9782341007269

© Encyclopædia Universalis France, 2017. Tous droits réservés.

Photo de couverture : © Manczurov/Shutterstock

Retrouvez notre catalogue sur www.boutique.universalis.fr

Pour tout problème relatif aux ebooks Universalis,
merci de nous contacter directement sur notre site internet :
http://www.universalis.fr/assistance/espace-contact/contact

 

Bienvenue dans ce Grand Article publié par Encyclopædia Universalis.

La collection des Grands Articles rassemble, dans tous les domaines du savoir, des articles :
   ·  écrits par des spécialistes reconnus ;
   ·  édités selon les critères professionnels les plus exigeants.

Afin de consulter dans les meilleures conditions cet ouvrage, nous vous conseillons d'utiliser, parmi les polices de caractères que propose votre tablette ou votre liseuse, une fonte adaptée aux ouvrages de référence. À défaut, vous risquez de voir certains caractères spéciaux remplacés par des carrés vides (□).

Guerre (Les Grands Articles d’Universalis)


Introduction

Les groupes humains, quelle que soit leur taille, se reconnaissent comme tels et affirment leur unité en se distinguant d’autres groupes. Il y a entre eux à la fois des affinités et des oppositions qui affectent leurs relations, dans la mesure où celles-ci ont une réalité, c’est-à-dire lorsque la proximité dans l’espace ou les moyens de communication les amènent à se poser les uns par rapport aux autres. Quand il s’agit de groupes qu’on peut considérer comme des totalités, par exemple au niveau des sociétés globales (tribus, nations, empires), les relations susceptibles d’exister entre eux peuvent, au-delà de toutes les nuances possibles, se classer en deux catégories, suivant qu’elles sont de l’ordre de la paix ou de celui de la guerre. Comment définir chacun de ces deux termes ? Quelles sont les causes et les conséquences et quels sont les divers aspects de la paix et de la guerre ? Ces problèmes comportent, certes, des éléments politiques, diplomatiques, militaires ; mais comme ils mettent toujours en cause des collectivités humaines, c’est à l’anthropologie et à la sociologie qu’il appartient d’en connaître au premier chef.

Peut-être y a-t-il toujours eu dans la vie sociale, et aujourd’hui plus que jamais, une inévitable succession de tensions et de périodes de relâchement. Alors, le cycle des guerres et des paix apparaîtrait comme un aspect de ce rythme essentiel. Une telle question s’approfondira si l’on remarque que les conflits sont en quelque sorte institutionnalisés dans la paix, puisque les nations entretiennent un appareil guerrier pour garantir la paix ou se préparer aux hostilités éventuelles, de même qu’inversement les guerres sont faites pour contraindre l’ennemi à accepter une certaine paix. Cette dialectique est-elle fatale ?

Media

Premiers canons. Ville assiégée par l'armée du roi de France, au XIVe siècle. Dangereux pour leurs servants, lourds et peu efficaces, les canons de l'époque, appelés bombardes, sont avant tout des armes de siège. Enluminure tirée des Chroniques de Jean Froissart, rédigées entre 1370 et 1400. British Library, Londres. (British Library/ AKG)

1. Guerre et paix

• L’intelligence réciproque de la guerre et de la paix

Les études proprement sociologiques consacrées à la paix sont en nombre extrêmement réduit, surtout si on les compare à toutes celles qui ont trait à la guerre. Il n’en faudrait pas conclure à une préférence marquée de la part des auteurs pour la situation la plus souvent décrite, ou à une infirmité des méthodes d’approche à l’égard de la paix, qui est, indiscutablement, la forme d’existence normale des sociétés, même si l’on admet que les guerres sont inévitables. Les travaux sur la vie sociale en général, sur les institutions, les coutumes, les mœurs portent ordinairement sur ce qui se passe en temps de paix, sans qu’on éprouve le besoin de le spécifier. C’est le cas par exemple pour la plupart des monographies consacrées à tel ou tel peuple. La pauvreté de la littérature sociologique sur l’état de paix n’est donc qu’une apparence. Par contre, quand on décrit la vie des sociétés dans la guerre, c’est-à-dire les transformations que celle-ci apporte à leur existence normale, la cause de ce changement est mise en évidence et se trouve étudiée en elle-même. D’autre part, de même que la psychopathologie fournit des points d’observation privilégiés qui enrichissent la psychologie normale, de même les sociologues ont intérêt à porter leur attention sur ce phénomène social qu’est la guerre : par le fait même qu’il est exceptionnel, il rend en effet perceptibles des mécanismes importants qui, dans la paix, passent inaperçus ou sont à l’état latent. Enfin, la guerre intensifie la fusion des individus au sein de la société et crée une sorte de paroxysme de l’emprise sociale.

Cependant, ici encore, on n’a affaire qu’à une apparence, car en révélant les unités sociales dans leur opposition la guerre renvoie à une explication qui doit être cherchée dans la paix, dans l’état social qui précède les hostilités. Quant aux relations sociales, elles n’arrivent au point de rupture que pour des raisons qu’il faut pressentir dans les conditions de la paix.

Le paradoxe de ces apparences et de ces réalités, qui font s’éclipser réciproquement la paix et la guerre, donne à celle-ci une sorte de priorité dans les définitions, puisqu’elle s’annonce sans conteste dans le fracas des armes, et que la paix se montre, par contraste, quand les combats ne viennent pas troubler la vie des collectivités. On aboutit donc à préciser d’abord le concept de guerre pour définir ensuite celui de la paix comme l’absence de guerre, donc d’une manière purement négative. D’ailleurs le mot « paix » désigne l’acte qui met fin aux hostilités, comme par exemple dans l’expression « paix de Tilsit ». On peut le prendre aussi dans un sens positif, qui lui confère une autre valeur ; c’est ainsi que, selon saint Augustin, la véritable paix ne consiste pas seulement dans l’absence de lutte armée, mais dans l’ordre pacifique (tranquillitas ordinis). Inversement, absence de guerre ne signifie pas nécessairement absence de conflit.

Outre ces distinctions inhérentes aux définitions, on peut essayer de classer les différentes sortes de paix. Raymond Aron propose une typologie ternaire fondée sur les répartitions de la puissance, c’est-à-dire sur le rapport entre les capacités qu’ont les unités politiques d’agir les unes sur les autres. De ce point de vue, il s’établit une paix d’équilibre dans laquelle les puissances se font contrepoids, ou une paix d’hégémonie dans laquelle les nations sont dominées par l’une d’entre elles, ou encore une paix d’empire dans laquelle un État impérial confisque l’autonomie des nations qui lui sont soumises. Cependant, ajoute Aron, la paix ne se réduit pas toujours à un rapport de puissance, de sorte qu’aux trois types énumérés il faudrait ajouter la paix d’impuissance qui résulte de la terreur ou de l’intimidation réciproques, comme c’est le cas peut-être avec la menace de représailles atomiques, et la paix de satisfaction, qui constitue une sorte d’idéal dans lequel l’absence de guerre proviendrait simplement de l’absence de revendications.

• Causes de la paix et plans de paix

On peut chercher les causes de la paix dans la disparition des causes de guerre. Très souvent, on a été conduit ainsi à dépasser le niveau des faits politiques ou militaires pour s’attacher aux impulsions agressives qui, plus profondément, ont leur siège dans la psychologie individuelle. La pacification définitive tiendrait alors à une amélioration du genre humain. Mais, à ces vues séduisantes, on peut objecter que, dans la réalité, les guerres sont provoquées par des événements, des processus, des décisions qui échappent au contrôle des peuples concernés, de sorte que la paix internationale est un phénomène sui generis qui ne peut pas s’expliquer uniquement par la psychologie individuelle ou interindividuelle.

Les plans de paix, plus ou moins réalistes ou utopistes, sont nombreux dans l’histoire diplomatique et dans celle des idées. Outre les plans qui se fondent sur des partages d’influence, et par conséquent sur le principe d’équilibre, ou sur la domination, on peut ranger dans une catégorie générale ceux qui visent à supprimer une cause de guerre. Comme le constate