Europe (Les Grands Articles d'Universalis)

 

Universalis, une gamme complète de resssources numériques pour la recherche documentaire et l’enseignement.

ISBN : 9782341007245

© Encyclopædia Universalis France, 2017. Tous droits réservés.

Photo de couverture : © Manczurov/Shutterstock

Retrouvez notre catalogue sur www.boutique.universalis.fr

Pour tout problème relatif aux ebooks Universalis,
merci de nous contacter directement sur notre site internet :
http://www.universalis.fr/assistance/espace-contact/contact

 

Bienvenue dans ce Grand Article publié par Encyclopædia Universalis.

La collection des Grands Articles rassemble, dans tous les domaines du savoir, des articles :
   ·  écrits par des spécialistes reconnus ;
   ·  édités selon les critères professionnels les plus exigeants.

Afin de consulter dans les meilleures conditions cet ouvrage, nous vous conseillons d'utiliser, parmi les polices de caractères que propose votre tablette ou votre liseuse, une fonte adaptée aux ouvrages de référence. À défaut, vous risquez de voir certains caractères spéciaux remplacés par des carrés vides (□).

Europe (Les Grands Articles d’Universalis)


Introduction

Le mot « Europe » a fait son apparition, dans un sens géographique, dès le VIIe siècle avant J.-C. Simple péninsule de l’Asie, ses limites orientales restent arbitraires. On peut même discuter de ses limites occidentales et accepter ou non d’y rattacher certaines îles. Mais ces débats de frontières resteraient académiques si, au cours des siècles, le concept d’Europe ne s’était pas chargé d’idées et de passions politiques. Parler de l’« idée européenne », c’est évoquer le problème de savoir si, au-dessus des peuples, des langues, des religions, des États, il n’existe pas une « communauté supérieure », distinguant des continents massifs qui, de près ou de loin, l’entourent, la petite presqu’île découpée par les mers.

Les Grecs dispersés sur trois continents se considéraient comme différents des « barbares ». L’unité de l’Empire romain était la Méditerranée et non l’Europe. Les Arabes, en envahissant l’Espagne, l’Italie du Sud et la Gaule, auraient pu, comme les Romains, dominer le pourtour méditerranéen. C’est leur reflux, de la bataille de Poitiers (732) à la Reconquista espagnole (achevée au XVe siècle), qui a mis en lumière une idée « politique » de l’Europe, fondée sur la Chrétienté. Une seule fois, sous Charlemagne, une unité politique a coïncidé pratiquement avec la zone d’influence de l’Église romaine. Pendant le reste du Moyen Âge, le rêve a persisté d’unifier l’Europe sous la direction soit de l’empereur, soit du pape.

L’apparition, dès le XVe siècle, d’États modernes structurés a détruit les perspectives d’unité par la religion. L’idée européenne a alors pris – jusqu’à la fin de la Seconde Guerre mondiale – trois formes principales : Europe de l’équilibre ou du « concert », admettant l’indépendance des États (surtout des grands), garantie par l’observation du droit des gens et de règles traditionnelles (balance of power) ; Europe unifiée par la conquête : tel a été l’objet des deux entreprises fort différentes de Napoléon et de Hitler ; Europe volontairement unifiée, mais celle-ci n’a pas dépassé le stade des projets et des rêves : c’est tardivement, au XXe siècle, que des hommes politiques ont paru admettre la perspective d’une unification concertée.

La fin de la Seconde Guerre mondiale marque une coupure absolue. Le monde est devenu « bipolaire » et la puissance s’est concentrée en deux États dont l’un est partiellement européen et l’autre peuplé pour 90 p. 100 par l’immigration européenne. Les « puissances » européennes, à force de s’être combattues, ont perdu une prépondérance technique et politique qui leur avait permis de conquérir en quatre siècles la quasi-totalité du monde. L’idée d’unité cesse alors d’être affaire d’écrivains pour devenir l’une des préoccupations essentielles des hommes d’État. Robert Schuman, Alcide De Gasperi, Konrad Adenauer, souvent inspirés par Jean Monnet, appuyés par les États-Unis et en opposition avec l’U.R.S.S., ont réussi à créer des institutions communautaires, soit pour l’ensemble de l’Europe non communiste, soit, sur le plan économique, pour six pays occidentaux. De l’unification économique, passera-t-on à l’unification politique ? On se heurte là à des résistances imprévues, dont le général de Gaulle, et plus tard Margaret Thatcher, tous deux hostiles à l’« intégration », ont été le symbole. Depuis l’effondrement du bloc soviétique et les élargissements à l’Est qu’il a permis, ce problème politique est posé, avec encore plus d’acuité.

1. L’Europe « géographique » de l’Antiquité

L’Europe est une héroïne mythologique, l’une des trois mille Océanides ou une Phénicienne enlevée par Zeus qui avait pris pour la séduire la forme d’un taureau. Pourquoi son nom a-t-il été donné à un territoire ? Hérodote, au Ve siècle avant J.-C., se posait déjà la question : « Le plus curieux, c’est que la Tyrienne Europe était de naissance asiatique et n’est jamais venue sur cette terre que les Grecs appellent maintenant Europe. » Et, conclut-il avec philosophie, « nous utiliserons les noms établis par la coutume » (Histoires, VII, 185).

Le mystère n’a pas été percé. Dès la fin du VIIe siècle, un contemporain d’Hésiode, dans le poème À Apollon pythien, évoque « ceux qui vivent dans le riche Péloponnèse et ceux de l’Europe et tous ceux des îles baignées par les vagues ». On applique alors le mot « Europe » à une partie de la Grèce continentale. Puis il en arrive à désigner, dans la mesure des connaissances géographiques d’alors, l’ensemble de la péninsule rattachée à l’Asie, Hérodote en fixant la limite orientale au Tanaïs (le Don). Aujourd’hui, l’Europe s’étend jusqu’à l’Oural. Mais il s’agit là d’une définition arbitraire, les limites entre Europe et Asie n’étant pas tranchées par une frontière géographique incontestable.

• Les Grecs